Outil sociométrique bien pratique pour créer des sous-groupes.

© cienpiesnf – Fotolia.com

Comme formateur, animateur, facilitateur… le moment de faire des sous-groupes est l’un de ces petits moments clé à soigner.

Tout d’abord quelle option est-ce que je choisis? Laisser les personnes se choisir? Proposer des regroupements? En lien avec mon expérience de 15 ans comme formateur et plus encore comme participant, je privilégie le plus souvent un choix sur des critères “externes” ou dit de “hasard”. Il y a deux bénéfices spécifiques à relever:

 

  1. cela permet de multiplier les contacts entre les membres du groupe
  2. cela fait baisser les aspect émotionnels souvent sous-estimés de ce moment où l’on va choisir (ou pas), être choisi (ou pas) par des personnes qui nous attirent (ou pas), et à moins de travailler spécifiquement sur ces aspects relationnels et de l’exploiter, je les considère plutôt comme neutres voire contre-productifs.

Dans les méthodes d’action, la sociométrie tient une place importante. La mesure d’échelle est l’un des outils très utile pour mélanger les participants d’un groupe.

Sa pratique est simple. Elle nécessite de la place pour faire se lever les membres du groupe (10 personnes, 100 ou plus) dans une salle de formation ou une salle de gym par exemple.

Vous allez demander à l’ensemble de ces personnes de se classer, en indiquant un début et un fin à cette échelle (que vous pouvez même signifier au sol par un ruban de scotch), par:

  • mois et jour de naissance = si vous êtes né le 1er janvier par ici, le 20 juin par là, le 10 décembre par ici
  • ordre alphabétique de la 2ème lettre de votre prénom (la 3ème, la 4ème s’il faut départager)
  • années dans l’entreprise = depuis 1 jour par ici, depuis 6 mois par là, depuis 5 ans, 20 ans, 50 ans, 100 ans
  • par taille (attention, si cela n’a pas de sens, comme toutes ces propositions, ne le faites pas)
  • par ordre alphabétique du lieu où vous êtes né
  • etc… etc…

On peut profiter bien sûr d’interviewer quelques personnes, à l’aide d’un micro avec les grands groupes, par exemple, pour exploiter un peu plus loin l’action.

Amusez-vous bien !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *