3 axes essentiels pour prévenir le burn-out.

1. CONSOLIDER L’ENERGIE

2. VALIDER CE QUI VA BIEN

3. POSER DES LIMITES POUR MIEUX AGIR

Suis-je en surchauffe ? Si oui ou peut-être, quelles actions prioritaires renforcer ou engager?

PROFIL A RISQUE x INDICATEURS ALLUMES = ZONE DE TURBULENCE

Les personnes plutôt de type fort, ayant de fortes exigences vis-à-vis d’elle-mêmes, sur-engagées au travail, perfectionnistes, centrées sur les besoins des autres et/ou prêtes à donner le maximum ont plus de risques d’être victime d’un épuisement professionnel (définition).

Il existe des indicateurs que nous pouvons évaluer (ou faire évaluer par notre entourage professionnel et/ou personnel) pour vérifier où nous en sommes. Pour Catherine Vasey, psychologue et spécialiste du burn-out, voici les principaux signes qui alertent le plus souvent que nous traversons une zone à risque :

  • l’irritabilité
  • la fatigue physique
  • un sommeil non-réparateur
  • rumination du travail dans la vie privée
  • l’isolement (relationnel)
  • heures supplémentaires / trop au travail

Par rapport à ces principaux indicateurs, sont-ils fréquents (jamais, rarement 1x/mois, 1x/semaine, plusieurs fois par semaine, constamment) et durent-ils depuis plus de 6 mois? (voir liste complète).

Si vous reconnaissez quelques traits et quelques signes indiquants que vous êtes dans une zone à risque, vous pouvez déjà mettre en oeuvre les actions de prévention suivantes.

Pour avoir des chances de succès, choisissez UN ou DEUX OBJECTIFS. Une fois atteints, passez à la suite. Si vous voulez tout changer, les chances que rien ne change sont maximum ! Si vous êtes très débordés, lisez également 7 actions en cas de sur-surcharge de travail.

1. CONSOLIDER L’ENERGIE !

© rukanoga – Fotolia.com

UNE PRIORITE = SE DECHARGER DES TENSIONS

  • par la respiration : expirer plus profondément, souffler, pester, etc…
  • par le mouvement: utiliser les escaliers, bouger à votre place de travail, sortez à la pause de midi pour marcher, sautiller sur place en expirant fort, taper des pieds forts sur le sol, etc…
  • par la voix: chanter à tue-tête, dites à haute voix du charabia (des mots/sons inventés), crier en voiture (sans se faire mal),…

UNE PRIORITE = RECUPERER PAR LE SOMMEIL

UNE PRIORITE = PRENDRE DU PLAISIR

Prendre du temps pour … faire des choses “non-productives” mais PRECIEUSES en terme d’énergie, comme:

  • passer du temps avec ses proches (si c’est positif bien sûr)
  • sortir, seul ou avec des amis
  • prendre du temps pour vos activités préférées (sportives, loisirs, artistiques, musicales, etc…)
  • vous pouvez établir votre liste des plaisirs à moins de 5 francs

Dans le cas où vous vous sentez particulièrement fatigué, n’hésitez pas à demander un bilan de santé auprès de votre médecin pour vérifier la contribution des facteurs physiologiques à la situation.

2. VALIDER CE QUI VA BIEN !

UNE PRIORITE = NOTER (au propre et/ou au figuré) LES ACTIONS ET EFFORTS REALISES

  • d’une manière ou d’une autre, la course en avant nous empêche fréquemment de noter ce que nous réalisons quotidiennement, STOP! Arrêt sur image, validation et RECONNAISSANCE de tout ce que vous faites !
  • félicitez-vous pour les EFFORTS, pas seulement les résultats (une des 100 règles d’or du management de Simon Templar)
  • notez ce qui vous RESSOURCE au travail: l’activité, les collègues, les résultats, l’équipe, l’autonomie, etc…
  • dites aux autres ce que vous appréciez chez eux, dans leur présence, dans ce qu’ils font, donnez des signes de reconnaissance à votre équipe

3. POSER DES LIMITES POUR MIEUX AGIR

  • posez des objectifs réalistes et évitez les autres, comme “dès demain je ne fais plus d’heures supplémentaires”, c’est très souvent irréaliste et démoralisant. Vous pouvez dès lors décider de partir à 20h30 à la place de 21h pendant 1 semaine puis 20h la 2ème semaine, jusqu’à atteindre l’horaire “raisonnable” en fonction de votre poste de cadre. Travailler régulièrement 45 heures par semaine pour un cadre est le plus souvent tout à fait normal, tandis que 60h ne l’est pas.
  • lire 7 actions en cas de sur-surcharge de travail
  • poser des limites au travail nécessite de S’AFFIRMER AU TRAVAIL (ni agressif, ni paillasson), ce sera l’objet d’un autre article

POUR TERMINER

Si vous sentez un besoin d’aide rapide, n’hésitez pas à prendre contact avec votre médecin ou un spécialiste de cette question  comme Catherine Vasey à Lausanne par exemple.

Vasey, C. (2007). Burn-out : le détecter et le prévenir. Editions Jouvence.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *